Agriculture et consommation

#1
La Communauté a demandé à un cabinet expert (B&L Evolution) de réaliser un diagnostic de notre territoire, au regard du changement climatique. En quelques graphiques et de façon synthétique : voici ce qui ressort de ce diagnostic, concernant l’agriculture et nos consommations

Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF

A vous de nous dire si cela vous paraît pertinent ; et notamment quels enjeux vous paraissent primordiaux…

Re: Agriculture et consommation

#2
Bonjour,

Concernant la gestion des déchets et notamment leur réduction, car moins il y en a, plus ils sont simple à gérer, il y a plusieurs pistes qui pourraient être explorer.

- Pourquoi ne pas interdire définitivement la distribution de sacs plastiques dans les commerces (magasins de vêtements, commerces de bouches...) et parallèlement inciter les habitants a utiliser des sacs en tissus, caban, panier etc pour leurs achats. Des petites affiches a diffuser via les réseaux sociaux ou encore dans ELJ pourraient être intéressantes pour sensibiliser les personnes n'ayant pas toujours ce réflexe par exemple.

- Serait il possible également d'inciter les supermarchés ayant des rayons de coupe (boucherie, charcuterie et fromagerie surtout) a autoriser que leur clients apportent leur propres contenant et donc pas de surrembalage inutile puisque jeté dès que rentrer chez soi.
Sans parler du surrembalage de certains produits comme les fruits et légumes bio emballer par 5/6 dans une barquette en carton et fermé par une seconde couche en plastique, une hérésie en somme puisque biologique mais pas responsable..

Re: Agriculture et consommation

#3
Bonjour,
Nous savons aujourd'hui que les pratiques agricoles anciennes telles que le labour et le fait de laisser les sols nus entre novembre et mars soit presque la moitié de l'année (vu dans notre agglo) sont contre productives. Ces méthodes sont construites par habitude depuis très très longtemps sans évaluation sur ce que cela rend (rendements, qualité, érosion, captation du carbone, de l'azote, , minéralisation...). Des agriculteurs et agronomes remettent en question ces pratiques car en supprimant les racines et les galeries de vers de terre, on supprime la possibilité de l'eau de s'infiltrer, d'une part, et le maintien de la terre en place en cas de vent et de fortes pluies d'autre part d'où l'érosion des sols.
On supprime la biodiversité des sols, et tout ce qu'elle apporte, on remplace par l'apport d'engrais azotés provenant du commerce qui seraient rendus obsolètes par une agriculture sur sol vivant. Apparemment les rendements en cultures sur sol vivant sont meilleurs qu'en culture conventionnelle. En période de chaleur et de sécheresse, les sols couverts permettent de maintenir le sol humide avec beaucoup moins d'arrosages. En cas de pluies intenses, la couverture protège contre l'érosion.
- Tout ça pour dire: Peut-on faire plus de pédagogie sur l'agriculture sur sol vivant et couvert?
- Des formations sont organisées auprès de groupes d'agriculteurs, mais je souhaiterais savoir si une formation de nouvelles pratiques des techniques de culture simplifiées , si les expériences de cultures en semis sur sol couvert, en cultures associées est enseignée au lycée d'Avize. Et si enfin, on forme un peu moins aux pratiques conventionnelles???
- Comment encourager tous les agriculteurs à une transition vers des pratiques plus respectueuses?
- Enfin, je crois savoir qu'un groupe de viticulteurs vont se convertir à l'agroforesterie. On peut peut-être trouver "une armée de fourmis" bénévoles prêtes à les aider à planter? (Je suis volontaire)
- Offrir les marchés des cantines scolaires non pas systématiquement aux prestataires les moins chers: mettre dans les critères de choix des prestataires: la qualité, (dont aussi le refus des portions individuelles suremballées) et donner la priorité aux producteurs locaux privilégiant des pratiques respectueuses de l'environnement et de la santé (circuit court+ chef cuistot à la cantine).

Re: Agriculture et consommation

#4
Peut-on nous permettre, nous, citoyens, de planter bénévolement des arbres, des arbres fruitiers pour les abeilles, et pourquoi pas des légumes, à Epernay, dans les villages, sur les talus, les bas côtés, dans la mesure où cela ne gêne pas, où cela ne démonte pas les plates-bandes gérées par les services verts municipaux? Peut-on créer un contrat, un permis de planter? (Le permis de planter est déjà pratiqué dans certaine grandes villes comme Strasbourg) ?

Re: Agriculture et consommation

#5
- Tout d'abord, j'aimerai parler de l'agriculture biologique. L'agriculture bio est un mode de production soucieux du respect des équilibres naturels qui utilise beaucoup moins de produits chimiques de synthèse contrairement à la "Viticulture durable" que vous semblez favoriser et qui eux les autorisent. Vous exposez une baisse de la qualité des sols, une qualité de l'eau en baisse (nitrites issus des engrais azotés) qui ne peuvent être résolus que par une diminution drastique voir une suppression des engrais chimique de synthèse. L'agriculture "durable" ne permet pas suffisamment ces diminutions et ne peut donc résoudre ces problèmes correctement. Pour moi, le système d'agriculture bio est à valoriser le plus possible car il est un modèle durable qui permet d'apporter une solution concrète et réellement efficace à ces menaces.

- Manger local permet d'agir sur l’émission de carbone des transports, favoriser nos agriculteurs et commerçants locaux, encourager les productions biologiques du coin. Il parait indispensable que l'agglomération d'Epernay se saisisse du sujet afin de promouvoir cette agriculture de proximité et nos voisins agriculteurs .

- Concernant le traitement des déchets, l'agglomération doit pouvoir passer à la vitesse supérieur en faisant en sorte de pouvoir recycler tout les déchets plastiques qui sont une catastrophe environnementale. L'agglomération pourrait contraindre, au niveau de son territoire, une utilisation amoindri des plastiques lors des différents achats des populations dans les magasins.

A propos des biodéchets et des déchets alimentaires, ceux-ci correspondent à 20kg/ personne/an d'après l'Agence de l'Environnement de la Maîtrise de L'Energie (ADEME). Nous devrions pouvoir proposer aux populations, aux cantines, aux entreprises, aux hôpitaux... des sac biocompostables pour les déchets alimentaires. J'aimerai ajouté le fait qu'il existe des sacs faussement appelés "biodégradables" qui sont en fait des sacs biofragmentables. C'est à dire que le plastiques se réduisent en petites particules de plastiques qui restent dans la nature. Il est alors important de choisir des sacs "biocompostables" portant cette mention. Ces sacs pourraient être ramassés en même temps que les déchets classiques et à la même fréquence ce qui permettrait moins d'incinération de ces déchets (moins d'émission de CO2). Les populations devraient être sensibiliser au tri de ce type de déchets.

Re: Agriculture et consommation

#6
Je ne suis pas pour l'opposition entre l'agriculture bio et l'agriculture du vivant. Les agriculteurs sur sol vivant et les défenseurs de l'agroforesterie sont en recherche constante d'alternatives et de solutions pour maintenir l'humidité et la vie dans les sols, stopper l'érosion et passent souvent en bio, au moins aussi souvent que les agriculteurs conventionnels. C'est un peu le pendant de la permaculture et je ne vois pas les adeptes de la permaculture défendre l'usage des pesticides. A l'inverse, il faut savoir que le labour tue 80% de la biodiversité des sols. Il existe de nombreuses vidéos d'agriculteurs qui font des intercultures (permettant de réduire le nombre de jours en sols nus et une récolte supplémentaire) et des associations de cultures permettant des semis sur sol couvert. La transition vers ces deux types d'agriculture est indispensable. Il faut revenir à des modes de production plus respectueux du fonctionnement de la nature.

Re: Agriculture et consommation

#7
Oui, il faut être plus volontariste sur la réduction des déchets !
Pourquoi ne pas bâtir une charte avec les commerçants (écrite avec eux) pour limiter les emballages plastiques en allant plus loin que la loi. Supprimer les sac plastiques sensés être réutilisables (plus épais), les barquettes plastiques pour les plats à emportés, .....
(hyper, petits, grands, sur le marché, les traiteurs, les charcuteries ...)


[=Gwenou51 post_id=29 time=1552253754 user_id=53]
Bonjour,

Concernant la gestion des déchets et notamment leur réduction, car moins il y en a, plus ils sont simple à gérer, il y a plusieurs pistes qui pourraient être explorer.

- Pourquoi ne pas interdire définitivement la distribution de sacs plastiques dans les commerces (magasins de vêtements, commerces de bouches...) et parallèlement inciter les habitants a utiliser des sacs en tissus, caban, panier etc pour leurs achats. Des petites affiches a diffuser via les réseaux sociaux ou encore dans ELJ pourraient être intéressantes pour sensibiliser les personnes n'ayant pas toujours ce réflexe par exemple.

- Serait il possible également d'inciter les supermarchés ayant des rayons de coupe (boucherie, charcuterie et fromagerie surtout) a autoriser que leur clients apportent leur propres contenant et donc pas de surrembalage inutile puisque jeté dès que rentrer chez soi.
Sans parler du surrembalage de certains produits comme les fruits et légumes bio emballer par 5/6 dans une barquette en carton et fermé par une seconde couche en plastique, une hérésie en somme puisque biologique mais pas responsable..
[/quote]
Dernière modification par Mathias_Quenardel le mer. mars 27, 2019 12:49 pm, modifié 1 fois.

Re: Agriculture et consommation

#9
Bon à savoir
nous avons été ravis d'apprendre ce week-end qu'au moins qu'une grande surface sur Epernay acceptait les contenants réutilisables (transparent avec couvercle) étaient acceptés aux rayons coupe du magasin. (Sans vouloir faire de publicité, il se trouver Quai de la marne)...

Mathias_Quenardel a écrit :
mar. mars 26, 2019 7:19 pm
Oui, il faut être plus volontariste sur la réduction des déchets !
Pourquoi ne pas bâtir une charte avec les commerçants (écrite avec eux) pour limiter les emballages plastiques en allant plus loin que la loi. Supprimer les sac plastiques sensés être réutilisables (plus épais), les barquettes plastiques pour les plats à emportés, .....
(hyper, petits, grands, sur le marché, les traiteurs, les charcuteries ...)


[=Gwenou51 post_id=29 time=1552253754 user_id=53]
Bonjour,

Concernant la gestion des déchets et notamment leur réduction, car moins il y en a, plus ils sont simple à gérer, il y a plusieurs pistes qui pourraient être explorer.

- Pourquoi ne pas interdire définitivement la distribution de sacs plastiques dans les commerces (magasins de vêtements, commerces de bouches...) et parallèlement inciter les habitants a utiliser des sacs en tissus, caban, panier etc pour leurs achats. Des petites affiches a diffuser via les réseaux sociaux ou encore dans ELJ pourraient être intéressantes pour sensibiliser les personnes n'ayant pas toujours ce réflexe par exemple.

- Serait il possible également d'inciter les supermarchés ayant des rayons de coupe (boucherie, charcuterie et fromagerie surtout) a autoriser que leur clients apportent leur propres contenant et donc pas de surrembalage inutile puisque jeté dès que rentrer chez soi.
Sans parler du surrembalage de certains produits comme les fruits et légumes bio emballer par 5/6 dans une barquette en carton et fermé par une seconde couche en plastique, une hérésie en somme puisque biologique mais pas responsable..
[/quote]

Re: Agriculture et consommation

#10
Comment favoriser l'émergence d'une nouvelle filière de production agricole locale ?. Il semble prouvé qu'il est possible de produire mieux, et plus sur des surfaces plus petites en favorisant la polyculture. Ces surfaces n'intéressent pas forcément l'agriculture "traditionnelle" car non adaptées au machinisme. La collectivité peut elle jouer un rôle sur le développement de micro fermes, en mettant à disposition des terrains à des néo agriculteurs par exemple. Quelques actions envisageables ?
- recensement des terrains potentiel convertibles , et mise à disposition de liste
- préemption de terrains par les collectivités (ou terrain déjà dans le patrimoine)
- location des terrains, prêts ?
- formation
- accompagnement de chantiers d'insertion
- création d'une coopérative
- accompagnement financier dans le cadre d'une installation
- engagement d'achat des productions (pour les restaurations collectives par exemple)
- mise à disposition d'un local pour la vente de la production
- favoriser les accords entre producteurs locaux et les restaurants (après le label "fait maison", le "fait avec produits locaux")
(sous réserve d'un engagement de d'une production sas pesticide /engrais bien sur)
Prenons en exemple le projet d'autosuffisance de la ville d'Albi (50 000 habitants). Je ne sais pas si le projet est complètement viable mais il présente des solutions intéressantes ayant un impact sur l'environnement (et la santé)
https://positivr.fr/autosuffisance-alim ... uit-court/
cron